Aménagement du carrefour RN330/VC3/RD9e

Compte rendu de la réunion du 10 octobre
Dernières Informations concernant l'aménagement du carrefour RN 330 / VC3 / RD9e.

COMMUNIQUE

 

Réunion du 10 octobre 2017.

Le deuxième rendez-vous avec le Sous-Préfet, la Gendarmerie et les services de l’Etat concernant l’aménagement du carrefour RN 330 / VC3 / RD9e s’est déroulé à la mairie comme prévu le 10 octobre.

Le premier point validé lors de notre première réunion et confirmé ce jour est la rédaction qui est en cours d’un rapport qui permettra de modifier le classement de dangerosité de ce carrefour. L’ensemble des participants ont confirmé également que la solution idéale était la réalisation d’un giratoire. Cependant, celui-ci n’étant pas actuellement prévu dans le contrat de plan Etat-Région qui s’achève en 2020 (présenté, le dossier n’a pas été retenu dans ce contrat), les financements n’existent pas. L’horizon de réalisation serait donc assez lointain (2021-2022) et ne correspond pas à notre volonté de faire avancer ce dossier au plus vite. J’ai donc proposé de voir si nous ne pouvions pas trouver les financements en mobilisant l’Etat, le département, la région et la commune afin d’accélérer le processus et d’engager au plus vite la réalisation de ces travaux.

Cette proposition a été retenue et nous allons donc travailler avec ces acteurs pour voir quels financements sont mobilisables et dans quel délai. La DREAL de son côté doit remettre à jour, notamment sur le plan financier, le projet établi en 2010. Une nouvelle réunion est donc planifiée le 17 novembre en y associant cette fois également ces partenaires.

Dans l’intervalle, nous avons travaillé sur plusieurs solutions à mettre en œuvre dans les semaines à venir pour assurer un minimum de sécurisation.

 Après analyse de plusieurs solutions qui doivent répondre aux impératifs de sécurité, de fluidité du trafic et être légalement valides, il a été décidé que la DIRIF prendrait un arrêté temporaire limitant la vitesse à 50 km/h au lieu de 70 tant en provenance de Meaux que de Senlis – des contrôles de vitesse étant mis en place par la Gendarmerie via un radar embarqué (la possibilité de mettre en place un radar fixe n’étant pas envisageable compte tenu de la classification actuelle de la route); que des panneaux « carrefour dangereux » seraient positionnés côté Meaux et côté Senlis et que des bandes rugueuses de ralentissement seraient mises en place sur la chaussée. J’ai également contacté mon homologue de Saint Pathus pour qu’il incite ses habitants transitant par ce carrefour à éviter de le traverser en empruntant plutôt le carrefour de Noëfort pour aller vers Saint Pathus en provenance de la RN2 et privilégiant la RN 330 à la traversée de Lagny en direction de Paris.

 

Nous allons arriver à faire bouger les choses et la volonté de tous les acteurs, à commencer par le support actif du Sous-Préfet est aujourd’hui acquise.

 

Le Maire,

Didier DOUCET

 

Réunion du 29 septembre.

Pour votre information, j’ai rencontré Monsieur le sous-Préfet de Senlis le 29 septembre en compagnie de notre député. Un nouveau rendez-vous est planifié le 10 octobre avec lui, les services de l’Etat, la DIRIF, la gendarmerie et notre député.

L’urgence de la situation est bien comprise par toutes les parties et j’espère que la réunion du 10 octobre permettra d’élaborer des solutions rapides. Nous intervenons sur ce dossier depuis plus de 15 ans et j’ai bon espoir que les choses avancent enfin. Il aura malheureusement fallu deux morts en quelques jours (le motard accidenté le dimanche 24 étant décédé également) pour faire enfin bouger les choses.

Notre député a également demandé un rendez-vous au ministre des transports (nous avions rencontré son prédécesseur en 2010) pour que nous puissions à nouveau présenter la situation de ce rond-point.

Nous avons également mis en ligne une pétition sur le site de la commune, que j’ai relayée vers les communes alentour pour appuyer nos démarches. Je vous invite à la signer nombreux et remercie ceux qui l’ont déjà fait.

Mon homologue de Saint Pathus agit aussi de son côté auprès des autorités de Seine et Marne, même si le rond-point est exclusivement sur le territoire de notre commune.

Les actions nécessaires à l’aménagement de ce carrefour se poursuivent donc et se renforcent. Le temps est pour l’instant au travail pour trouver des solutions rapides. Si elles ne venaient pas, d’autres actions seront envisagées.

 

Le Maire,

 

Didier DOUCET

 

Lien de la pétition